L'actualité   //   La revue   //   Agenda des galeries   //   Agenda des musées   //   Archives 
15 août 2020 ABONNEZ-VOUS À LA REVUE INSCRIVEZ-VOUS AUX NEWSLETTER >> FR
<< Retour
 Article de la revue
  
Remise officielle du PRIX GAÏA
à Monsieur André Beyner
jeudi 16 septembre 2004 à 18 h


Au Musée international d’horlogerie, La Chaux-de-Fonds

 
Le trophée Gaïa, sphère translucide
traversée par un rayon conique,
posée sur son socle de bronze
Le jury du Prix Gaïa, distinction honorifique destinée à récompenser des personnalités qui contribuent ou qui ont contribué à promouvoir l’horlogerie, son histoire et sa culture, a désigné Monsieur André Beyner lauréat pour l’ensemble de sa carrière.
Ingénieur horloger diplômé de l’Université de Neuchâtel, André Beyner a mené une carrière fructueuse notamment au sein de l’entreprise Ebauches SA en qualité d’ingénieur tout d’abord, puis de directeur technique et enfin de directeur général adjoint.
Ingénieur conseil indépendant dès 1984, il préside de 1993 à 1999 le CEH III, successeur du Centre Electronique Horloger créé en 1962 à l’initiative de l’industrie horlogère suisse en vue de la recherche sur l’application en horlogerie et sur la miniaturisation des mouvements à quartz. Il a collaboré à l’élaboration de la première montre bracelet à quartz en 1968, la bêta 21, puis il a développé au sein de l’entreprise Ebauches SA la production des composants pour la montre à quartz: circuits intégrés, moteurs pas-à-pas, affichages à cristaux liquides.
On lui doit notamment l’idée et les premières esquisses de la montre extra-plate Delirium qui a été lancée en janvier 1979. Le fond du boîtier devient le support des éléments constitutifs de la montre et à ce titre on peut dire que cette réalisation contient en germe la conception de la future Swatch.
En outre, il a développé et mis au point, comme première mondiale, avec Maurice Grimm l'un de ses anciens collaborateurs, une montre bracelet automatique à tourbillon, qu'Audemars-Piguet a présentée sur les marchés dès 1986.
André Beyner a donc activement participé à l’évolution de l’industrie horlogère suisse par ses travaux et recherches permettant à cette dernière de prendre les virages nécessaires face à la concurrence japonaise notamment.
Il a également eu d’autres engagements pour la recherche et la diffusion des connaissances en horlogerie, notamment au sein du CSEM (Centre suisse d’Electronique et de Microtechnique, héritier du CEH) en qualité d’administrateur et de secrétaire du Conseil, du COSC (Contrôle officiel suisse des chronomètres) comme président, ou de la Fondation SOVAR (Fondation neuchâteloise pour le soutien à la Recherche appliquée et orientée) comme président, ainsi qu’en qualité d’enseignant à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne.
Rétrospective 1993 – 2003 - Hommage aux lauréats
Le Prix Gaïa a été créé en 1993 par le Musée international d'horlogerie en l’honneur de Monsieur MAURICE DITISHEIM, ancien président du Conseil d’administration du Bureau de contrôle des ouvrages en métaux précieux et grand mécène du musée. A l’occasion de la onzième remise de ce prix, une rétrospective retraçant dix années de Prix Gaïa, 1993 - 2003, est organisée par le Musée international d’horlogerie.
 
Une exposition des travaux et recherches des 28 premiers lauréats accompagnée d’une publication retraçant ces 10 années sera présentée du 16 septembre 2004 au 10 janvier 2005 dans les salles du Musée international d’horlogerie.
 
Neuchâtel > 2300 La Chaux-de-Fonds 
MUSéE INTERNATIONAL
D'HORLOGERIE

Rue des Musées 29
2301 La Chaux-de-Fonds
Tél. 032 967 68 61 - Fax 032 722 07 61
Ma-Di 10-17h
 
www.mih.ch
www.chaux-de-fonds.ch
Imprimer cet article
Envoyer cet article à un ami
<< Retour
 France
 Suisse Romande
 Suisse Allemande & Liechtenstien
 Tessin
 Autres régions
 © 1998/2020 Accrochages Tél. + 41 (0)21 943 54 65   /   Mise à jour: 14 août 2020