L'actualité   //   La revue   //   Agenda des galeries   //   Agenda des musées   //   Archives 
15 août 2020 ABONNEZ-VOUS À LA REVUE INSCRIVEZ-VOUS AUX NEWSLETTER >> FR
<< Retour
 Article de la revue
  
LES FAISEURS DE MUSEES
Jeudi 16 et vendredi 17 septembre 2004

Colloque organisé dans le cadre du Centenaire du Musée d'ethnographie de Neuchâtel (MEN)

 
Contexte

Le 14 juillet 1904, le «Musée ethnographique» de Neuchâtel était inauguré dans la Villa James de Pury, sur la colline de Saint-Nicolas. La présence de collections à cet endroit a suscité la création d'un enseignement d'ethnologie, puis celle d'un Institut d'ethnologie (IE).
A vocation africaniste quant au patrimoine qu’il conserve, le MEN a acquis non seulement une renommée locale et nationale mais également une reconnaissance internationale: des expositions comme La différence, Natures en tête, Derrière les images et La grande illusion ont été présentées à Grenoble, Paris, Québec, Dresde, Bordeaux, Luxembourg et Charleville-Mézières. Une importante exposition, Tuareg. Nómadas del desierto, a terminé ce printemps à Neuchâtel un périple de deux ans à travers les grandes villes espagnoles.
De son côté, l'IE draine chaque année des étudiants de toute la Suisse romande ainsi que du Tessin qui sont actuellement près de 500 à suivre les cours. Un tel engouement a poussé les autorités cantonales à s'associer à celles de la Ville de Neuchâtel pour lancer un concours d'architecture visant à agrandir les locaux des deux institutions concernées.
Afin de marquer clairement leur centième année de présence active sur la colline, les collaborateurs du MEN et de l'IE mettent sur pied une série de manifestations d'envergure avec l'aide de partenaires extérieurs.


Argument général

Le poids des collections ethnographiques fait problème. Le musée d'ethnographie n'est plus le laboratoire indispensable aux recherches de terrain qu'il fut jusque dans les années soixante. Devenu musée d'histoire des sociétés autres et des rapports que nous avons entretenus avec elles, il tend aujourd'hui à figer des formes, à juxtaposer des styles, à présenter des segments d'altérité sous forme de dioramas, à commémorer les grandes missions passées ou à statufier les héros de la discipline. Face à la concurrence d'autres médias faisant commerce d'exotisme, il semble ne plus parvenir à toucher le grand public qu'en misant sur le caractère esthétique des chefs-d'œuvre légitimés par l'histoire, les institutions et les collectionneurs.
Dans ce contexte, nous avons mis en scène en 2002 une exposition intitulée Le musée cannibale visant à faire le point sur notre démarche muséale. En cours de travail, nous nous sommes posé de nombreuses questions: Faut-il rebaptiser nos institutions, comme le font de nombreux musées dits aujourd'hui «de sociétés», «des cultures» ou «de(s) civilisation(s)», voire «du Quai X» ou «de la Colline Y», neutralisant au passage le qualificatif apparemment déprécié d'«ethnographique»? Serait-il judicieux de nous associer aux centres de culture contemporaine ou aux musées d'art contemporain? Vaudrait-il mieux raviver les anciennes alliances avec nos collègues des musées d'histoire naturelle, dont l'objectif consiste de plus en plus souvent à ramener l'homme et la société au centre de leur discours sur le vivant? Voulons-nous plus ambitieusement devenir des centres d'interprétation du patrimoine mondial, en abattant au passage les barrières existant entre l'ethnographie d'ici et d'ailleurs? Ou désirons-nous au contraire nous replier sur une spécificité à redécouvrir, à redéfinir?
Une partie de ces questions sont restées sans réponse, et d'autres se sont ajoutées depuis: Est-ce que cela a encore un sens de collecter la culture matérielle des autres et, si oui, à quelles conditions? Que faire de nos collections dans un monde confronté au cosmopolitisme, au métissage et à la globalisation? Qu'en est-il de l'opposition patrimoine matériel/patrimoine immatériel dans ce débat? Comment les musées d'ethnographie doivent-ils ou peuvent-ils se confronter au présent, ici et ailleurs? Comment gérer le dossier de la restitution des biens culturels?
Une quinzaine de collègues nous ont fait l'amitié d'accepter notre invitation. Nous avons examiné leurs propositions de contribution et les avons réparties en quatre blocs distincts mais bien évidemment interreliés par les préoccupations générales de la rencontre: «cadres muséaux», «immatérialités», «grands chantiers» et «la tentation esthétique». La distinction entre «état des lieux» et «propositions nouvelles» que nous envisagions d'utiliser pour structurer nos débats n'a pas lieu d'être maintenue dans cette nouvelle orientation, bien qu'elle soit susceptible de ressurgir de manière particulière dans chacune des contributions proposées. Nous nous réjouissons de vous retrouver les 16 et 17 septembre prochains pour en débattre de vive voix.
 
JEUDI 16 SEPTEMBRE,
MATINÉE: CADRES MUSÉAUX
(modérateur Marc-Olivier GONSETH, conservateur adjoint au MEN)
09.00 - 09.15 Bienvenue aux participants et ouverture du colloque par Jacques Hainard,conservateur du MEN, et Marc-Olivier Gonseth, conservateur adjoint au MEN
09.15 - 09.45 Du bon usage d’un Musée d’ethnographie par Ninian HUBERT VAN BLYENBURGH,
directeur du Musée d'ethnographie de Genève
09.45 - 10.00 Discussion
10.00 - 10.30 Pause
10.30 - 11.00 La collection et son territoire (ou le musée hors les murs) par Jean GUIBAL, conservateur en chef du patrimoine de l'Isère, Grenoble
11.00 - 11.15 Discussion
11.15 - 11.45 Créer un musée pour l’Autre, chez l’Autre?
Le Musée royal de l’Afrique centrale (Belgique) et l’Institut des musées nationaux du Congo à Kinshasa par Boris WASTIAU, conservateur adjoint au Musée royal de l'Afrique centrale, Tervuren
11.45 - 12.00 Discussion
12.00 - 14.00 Apéritif et repas au MEN


JEUDI 16 SEPTEMBRE,
APRÈS-MIDI: IMMATÉRIALITÉS
(modérateur Francesco PANESE, directeur du Musée de la Main et professeur à l'Université, Lausanne)
14.00 - 14.30 Intangibility: The Future of Ethnografic Museums par Barbara KIRSHENBLATT-GIMBLETT, New York University, Tisch School of the Arts Performance Studies
14.30 - 14.45 Discussion
14.45 - 15.15 Patrimoine matériel et/ou patrimoine immatériel: fluidité des frontières et reconfigurations par Nélia Susana DIAS, ISCTE, Departamento de Antropologia, Lisboa
15.15 - 15.30 Discussion
15.30 - 16.00 Pause
16.00 - 16.30 Muséographie et réconciliation: La peine des hommes est-elle objet d’histoire ? par Octave DEBARY, maître de conférences à l’Université de Paris V, René Descartes, membre du laboratoire de recherche du LAHIC (CNRS - Ministère de la Culture)
16.30 - 16.45 Discussion
16.45 - 17.15 Des conservateurs de musée au secours de la mémoire collective, par Marie-Paule JUNGBLUT, conservateur au Musée d'histoire de la Ville de Luxembourg, Luxembourg
17.15 - 17.45 Discussion
18.00 - 19.00 Vin d'honneur offert par la Ville de Neuchâtel.
Dès 20.30 Repas du soir en ville de Neuchâtel.


VENDREDI 17 SEPTEMBRE,
MATINÉE: GRANDS CHANTIERS (modérateur Jacques HAINARD du MEN)
09.15 - 09.45 Le Musée du Quai Branly: un outil sans exclusives par Germain VIATTE,
directeur du projet pour la muséologie, Musée du Quai Branly, Paris
09.45 - 10.00 Discussion
10.00 - 10.30 Pause
10.30 - 11.00 Le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée: réflexions sur les difficultés d’un grand projet par Michel COLARDELLE, Musée national des arts et traditions populaires, Paris et chef de projet du Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, Marseille
11.00 - 11.15 Discussion
11.15 - 12.00 Le musée complexe par Michel CÔTÉ, directeur du Muséum d'histoire naturelle et chef de projet du Musée des confluences, Lyon
11.45 - 12.00 b> Discussion
12.00 - 14.00 Apéritif et repas au MEN


VENDREDI 17 SEPTEMBRE,
APRÈS-MIDI: LA TENTATION ESTHETIQUE (modérateur Roger MAYOU, directeur du Musée int. de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, Genève)
14.00 - 14.30 Les collections ethnographiques: vers un nouveau statut de l'objet?
par Lorenz HOMBERGER, Museum Rietberg, Zurich
14.30 - 14.45 Discussion
14.45 - 15.15 L’ethnologue dans le rétro – le musée entre art et témoignage par Martin ROTH, directeur général, Staatliche Kunstsammlungen Dresden
15.15 - 15.30 Discussion
15.30 - 16.00 Pause
16.00 - 16.30 Quelle porte de sortie pour le musée d’ethnographie? par Yaya SAVANÉ, Direction du Patrimoine culturel de Côte-d’Ivoire, Abidjan
16.30 - 16.45 Discussion
16.45 - 17.30 Synthèses partielles et relance du débat par l'ensemble des participants
 
La SOCIÉTÉ DES AMIS DU MUSÉE D’ETHNOGRAPHIE DE NEUCHÂTEL,
présidée par Madame Huguette Landry, a décidé de marquer le Centenaire du MEN en organisant
UN BAL DU SAMEDI 30 OCTOBRE 2004

Programme:
• Dès 19h00: ouverture des portes, accueil et apéritif
• Dès 20h00: buffet gastronomique préparé et servi par Philippe Guignard, Orbe
• Dès 21h00: orchestre
• Dès 22h30: ouverture du bal

La soirée sera animée par Massimo Lorenzi, journaliste à la TSR et ponctuée d’événements: roulette, vente aux enchères, jeux. L’inscription se monte à CHF 200.- par personne et la tenue de soirée est exigée. Le bénéfice sera intégralement reversé au Musée afin d’enrichir ses collections et de permettre de financer de nouvelles publications.

Vous pouvez envoyer votre inscription à l’adresse suivante:
SAMEN, 4 rue Saint-Nicolas, CH-2000 Neuchâtel
Tél. 032 718 19 70, fax 032 718 19 69,
e-mail: reception.men@ne.ch
 
Neuchâtel > 2000 Neuchâtel 
MUSéE D'ETHNOGRAPHIE
Rue Saint-Nicolas 4
2000 Neuchâtel
Tél. 032 717 85 60 - Fax 032 717 85 69
 
www.men.ch
Imprimer cet article
Envoyer cet article à un ami
<< Retour
 France
 Suisse Romande
 Suisse Allemande & Liechtenstien
 Tessin
 Autres régions
 © 1998/2020 Accrochages Tél. + 41 (0)21 943 54 65   /   Mise à jour: 14 août 2020