L'actualité   //   La revue   //   Agenda des galeries   //   Agenda des musées   //   Archives 
27 septembre 2021 ABONNEZ-VOUS À LA REVUE INSCRIVEZ-VOUS AUX NEWSLETTER >> FR
<< Retour
 Article de la revue
  
STEPHANE MONTAVON

Le retour de Stéphane Montavon à la Galerie Courant d'art s'accompagne de la publication d'un ouvrage

Chez Stéphane Montavon la «possibilité d'une île» est ténue, mais…
 
sans titre, acrylique
 
Artiste d'origine jurassienne, né à Bâle, Stéphane Montavon s'est formé à Genève à l'Ecole supérieure des beaux-arts avec obtention du diplôme d'expression picturale en 1987. Il a ensuite bénéficié d'un atelier à la Cité des Arts de Paris pendant douze mois grâce à son canton d'origine. En 1997, le canton du Jura, à nouveau, le soutenait par la mise à disposition d'un atelier à New-York dans le cadre de l'institution de la communauté des cantons romands et du Tessin. Après avoir passé bien des années dans le canton du Jura, il vit aujourd'hui à Genève depuis cinq ans. Dès le 12 novembre et jusqu'au 18 décembre, on le retrouve à nouveau à la Galerie Courant d'Art à Chenevez, non loin de Porrentruy. Cette exposition est accompagnée de la publication d'un ouvrage, simplement intitulé «Montavon 05».
 

sans titre , acrylique

sans titre , acrylique
 
D'aucuns l'ont déjà dit: Stéphane Montavon est un artiste inclassable. Inutile de vouloir s'accrocher à une improbable filiation et décréter, par exemple, qu'il s'agit d'un artiste figuratif qui se souviendrait du pop'art - parmi d'autres appréciations possibles: les critères habituels sont inopérants et laissent le commentateur dans l'embarras et l'indécision. Sa filiation artistique? Lascaux répond t-il… Mieux vaut se plonger dans ce magma de formes et de personnages et laisser cette foule agir sur nos sens et tenter d'en situer la très singulière présence. A parler avec l'artiste, on constate qu'avant tout message, le «vocabulaire formel» requis d'œuvre en œuvre lui importe avant tout essai d'interprétation. Ainsi, on ne saurait faire l'impasse sur la monstration de ces visages qui, tels des figures gigognes, comprennent d'autres visages et corps situés dans un plan plus réduit, qui à leur tour, emboîtent d'autres figures. Ces linéaments enferment des couleurs acidulées traitées le plus souvent en à-plats, ou alors avec très peu de modulation. Le support peut être une toile ou un panneau rigide; mais il est intéressant de constater que des papiers calques translucides reçoivent une peinture des deux côtés!
Il en ressort un effet de vitrail ou d'image indécise par l'interpénétration des deux faces.

Quand Stéphane Montavon évoque l'aspect formel de son travail, ou encore en appelle à la bande dessinée, on ne peut s'empêcher de penser que cette attitude est requise par pudeur, comme pour désamorcer la charge explosive de son œuvre. Car, en effet, nous nous trouvons le plus souvent dans un monde où pas mal de têtes, masculines et patibulaires, hantent les espaces en rangs serrés. Quand les regards goguenards s'effacent, c'est pour faire place à la saturation de visages anonymes, à la foule indivise. Dans tous les cas, l'humanité de ces personnages nous interpelle dans le sens où, «corps sans organe», ils ne nous offrent qu'une frontalité avec laquelle il semble difficile, voire impossible, d'entrer en communication. Personnages de peu de pouvoirs en attente d'événements improbables dans leur vie, ou petits nervis comme ils en courent de plus en plus dans nos villes, ils saturent et parasitent les espaces chez Stéphane Montavon.

La femme, avenir de l'homme? Il serait tentant de le penser au vu des visages féminins et des corps plus ou moins nus qui tentent de dé-saturer ce monde étouffant. Et il est vrai que ces corps longilignes font circuler un autre air. Mais aujourd'hui, sans doute, la femme n'est guère plus “sauvée” que son congénère masculin dans nos sociétés. Ces corps, masculins et féminins, tournent sans fin dans une sorte de cercle des enfers d'une modernité qui ne signifie plus grand-chose. Stéphane Montavon dresse l'amer constat de notre présent irréfléchi et, en l'état, se refuse à une résolution en majeur de celui-ci.
Michel Aebischer
 

sans titre , acrylique
 
Jura > 2906 Chevenez 
ESPACE COURANT D'ART
Rue de la Fauceillure 103
Sortie Porrentruy, à 7 km, direction Besançon
(Route des Grottes de Reclère)

2906 Chevenez
Tél/Fax 032 476 63 70
ouverture samedi et dimanche de 14h30 à 18h et sur rendez-vous
 
www.courantdart.ch
Imprimer cet article
Envoyer cet article à un ami
<< Retour
 France
 Suisse Romande
 Suisse Allemande & Liechtenstien
 Tessin
 Autres régions
 © 1998/2021 Accrochages Tél. + 41 (0)21 943 54 65   /   Mise à jour: 26 septembre 2021