L'actualité   //   La revue   //   Agenda des galeries   //   Agenda des musées   //   Archives 
27 septembre 2021 ABONNEZ-VOUS À LA REVUE INSCRIVEZ-VOUS AUX NEWSLETTER >> FR
<< Retour
 Article de la revue
  
JACQUES HAINARD
La passion de l’ethnographie,
de Neuchâtel à Genève


Jacques Hainard ne faisait pas partie des douze candidatures pour la direction du Musée d’ethnographie de Genève (MEG) reçues par le Département des affaires culturelles de la Ville de Genève. «Aucun candidat n'avait à la fois l'épaisseur scientifique et la personnalité nécessaires pour reprendre ce bateau en difficulté. Je suis donc moi-même aller chercher le meilleur», a expliqué son chef, Patrice Mugny.
 
Affiche de l’exposition «Nous autres», Musée d’ethnographie de Genève, du 11 novembre 2005 au 1er avril 2007
 

Jacques Hainard

© Figurine anthropomorphe à sifflet
Terre cuite. Equateur, Jama-Coaque, 500 av. - 500 ap. J.-C.
Collection Musée d’ethnographie de Genève
Photo : Musée d’ethnographie de Genève
 
Jacques Hainard ne faisait pas partie des douze candidatures pour la direction du Musée d’ethnographie de Genève (MEG) reçues par le Département des affaires culturelles de la Ville de Genève. «Aucun candidat n'avait à la fois l'épaisseur scientifique et la personnalité nécessaires pour reprendre ce bateau en difficulté. Je suis donc moi-même aller chercher le meilleur», a expliqué son chef, Patrice Mugny.

Ainsi, au lieu de songer à sa retraite prévue pour avril 2007, Jacques Hainard se retrouve (depuis février) à la tête du MEG pour une durée limitée à trois ans. Après 25 ans à la direction du Musée d'ethnographie de Neuchâtel, Jacques Hainard entre de plain-pied dans les intrigues politiques. But avoué de cette croisade: donner au MEG l’ampleur que méritent ses collections et sa position sur la scène internationale de l’ethnographie.
 
© L’autre, un impie? Photographie Musée d’ethnographie de Genève, J. Watts
 
En 2001, les Genevois ont refusé la construction d'un nouveau bâtiment. En arrivant au MEG, vous avez d’emblée donné la priorité à l'extension du musée. Six mois plus tard, où en êtes-vous?
Le dossier a été réalisé, en ce sens que nous avons exprimé nos besoins. Nous souhaitons avant tout que le MEG garde son nom et, si les Genevois ne veulent pas raser leur école, alors gardons-là, mais emballons-là dans un projet d’architecture audacieux.

Créé à l'initiative du professeur Eugène Pittard (1867-1962), le MEG a été inauguré en 1901. Vingt ans plus tard, il comptait quelque 8000 objets et aujourd’hui 80'000. Quelle place comptez-vous donner à cette formidable collection?
Genève tient une place importante sur la scène internationale de l’ethnologie et je tiens ici, ce que je n’aurais pas fait à Neuchâtel, à renforcer les départements en charge de gérer ce patrimoine. Genève possède un fond européen d’importance. La grande collection de Georges Amoudruz qui couvre tout l’arc alpin, du Valais à Grenoble, les archives importantes et la bibliothèque (publique) font que Genève a un centre européen alpin fort.
Mais ceci ne nous empêche pas de réfléchir à des expositions thématiques, comme nous le faisons déjà dans «Nous autres» d’ailleurs.
 

© Une maîtresse tisserande traditionnelle, Ibu Koroh, veuve du dernier raja d’Amarasi - Timor, région occidentale, Baun, 1992 - Photographie Georges Breguet, Genève

© Habit de cérémonie d’homme (beti / selimut) - Île de Timor, Ouest, Kupang, Fatuleu, Ekateta
Ethnie Atoin Meto. 1925-1950 - Coton filé à la main, soie (?) - Dimensions: 210 x 105 cm
Collection Georges Breguet, Genève - Photographie Musée d’ethnographie de Genève, J. Watts
 
Actuellement, le MEG présente trois expositions, «Nous autres» et «La fibre des ancêtres. Trésors textiles d’Indonésie de la collection Georges Breguet», à Genève et «De toutes les couleurs. Un siècle de dessins dans les écoles genevoises», à Conches. Laquelle de ces trois expositions avez-vous montées?
Aucune. Je suis en train de développer une politique qui est la suivante: à Carl-Vogt, nous avons décidé de faire deux types d’expositions thématiques, dans cette perspective, nous avons la volonté de relancer un regard sur les collections genevoises. En février 2007, nous allons inaugurer une exposition sur un collectionneur d’images, Alfred Bertrand, qui permettra de voir comment un Genevois, riche calviniste, percevait le monde à travers ses voyages, dans la perspective de redonner le MEG à Genève et que le public comprenne bien que ce musée lui appartient.

J’aimerais dire en conclusion que l’ethnographie reste une discipline extrêmement performante pour mettre l’accent sur les problèmes de société d’aujourd’hui et que ce n’est pas seulement un regard sur le passé mais un lieu dans lequel on peut s’analyser aujourd’hui et, pourquoi pas, faire quelques projets sur l’avenir. Et c’est dans ce sens-là que ses musées sont des relais importants, pour tous.
Magaly Mavilia
 

© Nous, seuls humains - Photographie Musée d’ethnographie de Genève, J. Watts
 
Genève > 1200 Genève 
MUSÉE D'ETHNOGRAPHIE DE GENEVE
Boulevard Carl-Vogt 65
1205 Genève
Tél. 022 418 45 50
ouvert de 11h à 18h, lundi fermé
entrée libre aux collections permanentes

 
www.meg-geneve.ch
Imprimer cet article
Envoyer cet article à un ami
<< Retour
 France
 Suisse Romande
 Suisse Allemande & Liechtenstien
 Tessin
 Autres régions
 © 1998/2021 Accrochages Tél. + 41 (0)21 943 54 65   /   Mise à jour: 26 septembre 2021