L'actualité   //   La revue   //   Agenda des galeries   //   Agenda des musées   //   Archives 
27 septembre 2021 ABONNEZ-VOUS À LA REVUE INSCRIVEZ-VOUS AUX NEWSLETTER >> FR
<< Retour
 Information d'une galerie
  
Neuchâtel > 2000 Neuchâtel 
 
Esplanade Léopold-Robert 1a
2001 Neuchâtel
Tél. 032 724 16 26 - Fax 032 724 16 20

Ma-Ve 14h-18h, Sa-Di 10h-12h/14h-17h
• • •
• Jusqu'au 8 octobre 2006:
Claire PAGNI encres
Thomas SCHIRMANN bois
© Pagni - Schirmann
A priori, rien ne relie les œuvres de Claire Pagni à celles de Thomas Schirmann. Une certaine tendance au langage abstrait pour elle, un certain goût pour les rapport de masse pour le deuxième. Pourtant au travers de procédés complètement différents et l'utilisation de matériaux propres à chacun, ils affichent tous deux une passion pour la bienfacture de leur art renforcée d'une maîtrise parfaite de leurs techniques. Une sensibilité identique, à fleur de peau, réunit ces deux artistes qui pourtant ne s'étaient jamais rencontrés et cependant une parfaite symbiose transparaît entre les encres de Chine sur papier dialoguant avec les bois de toutes provenances, où la nature joue le rôle de fil conducteur, que vient souligner la poésie ou la densité du réel. Les deux artistes misent sur la pureté des structures et des matériaux; aucun maniérisme dans les tensions ou l'expressivité des formes qui s'ouvrent les unes aux autres.
Thomas SCHIRMANN travaille plusieurs variétés de bois dont les odeurs aussi diffèrent: le poirier, le pommier, le prunier, le noyer, le cerisier, le châtaignier, de même, d'autres essences plus rares l'attirent et éveillent en permanence sa curiosité. Certains bois sont passés à l'épreuve du feu, l'artiste joue alors avec les tonalités et les infractuosités, il aime les traces de vie que l'arbre a laissé subsister et tend par son intervention personnelle, à souligner la beauté ou la sensualité de la matière première de laquelle émane une force palpable. Thomas Schirmann est né en 1952, il vit et travaille en Argovie. De très nombreuses expositions personnelles et collectives jalonnent son parcours artistique: Baden, Bâle, Brugg, Burgdorf, Horgen, Soleure, Vevey, Winterthur, Zurich et bien d'autres encore. T.Schirmann a parcouru sac au dos un grand nombre de pays étrangers qui auront contribué à lui donner le goût de l'authenticité, à maintenir sa curiosité en éveil et approcher diverses disciplines avec talent.
Claire PAGNI est née à Neuchâtel où elle vit et travaille. Etudes à Neuchâtel, Genève, Paris et Florence; obtient son brevet pour l'enseignement du dessin. Ses fréquents voyages lointains participent également de son imaginaire et renforcent son cheminement artistique de multiples découvertes et mise en applications inventives. Ses expositions personnelles importantes ou collectives ont marqué les visiteurs; tout récemment encore dans le cadre de "Couples d'artistes" au Musée d'art et d'histoire de Neuchâtel en compagnie de Christiane Dubois, peintre. Ensemble elles auront présenté un travail très élaboré, riche en énergie et qui dénote une entente artistique véritable. Depuis plusieurs années, elle se consacre à l'encre de Chine, selon une technique tout à fait personnelle. Son support préféré reste le papier Japon qu'elle fait vibrer de teintes sourdes ou de déclinaisons de noirs, gris et blancs. Au travers des impressions que Claire Pagni nous transmet si subtilement, elle nous renvoie à la fraîcheur de l'art, à cette confrontation avec la nature, principalement tout ce qui touche à la feuille, à l'humus, au foisonnement, à la transparence, émettant par ces tracés sombres et vigoureux, tout en nuances, un écho de vibrations qui claquent et nous interpellent. Sur ce papier Japon que l'on dirait fragile, faisant corps avec ses encres, volutes, dessins ou langage, l'œuvre tendue de Claire Pagni nous frappe par sa force et son originalité.
• • •
• Du 22 octobre au 26 novembre 2006,
vernissage Sa 21 octobre dès 17h:
FAMILLE RABUS
Alex-Renate-Till-Leopold
Au vernissage: Musique mexicaine Quetzal mariachi
© RABUS
ALEX le père, en digne ancien élève d'Albert Yersin (graveur génial quîl eut comme professeur dans sa jeunesse), nous emmène dans un univers vertigineux, fractal dans le sens qu'il brise le sens des conventions de la représentation, micro et macroscopique à la fois, en perpétuel danger de saturation. Alex est subversif parce que ses grouillements "terroristes" menacent nos lieux communs. Alex a la grâce, car sa peinture est inspirée comme un chant d'espoir.
RENATE, la mère, a toujours été fascinée par les peintres. Mais son univers à elle passe par le fil des dentelles et des broderies. A l'âge de cinq ans elle réalisait déjà sa première broderie murale en lin! La petite fille était fascinée par les métiers à tisser qu'elle pouvait voir dans le village bâlois de ses grands-parents. Elle avait trouvé son chemin de vie.
Renate est profondément romantique. Son héros cherche l'amour et se cherche lui-même: c'est le "Voyage d'hiver" de Schubert, cycle de 24 lieder qu'elle choisi de broder, chant après chant, patiemment, comme poussent les arbres de son merveilleux jardin. Elle nous donnera à voir les six tableaux brodés des six premiers chants.
Renate est subversive parce que l'extrême lenteur de son ouvrage est un défi à l'agitation compulsive des temps qui courent et cela suffit à la rendre éminemment suspecte! Renate a la grâce d'un petit tableau de Vermeer que l'on peur voir au musée du Louvre à Paris...
TILL, le premier fils, s'est lancé dans l'aventure pendant ses études à l'Ecole d'art de la Chaux-de-Fonds, orienté en cela de manière décisive par l'enseignement éclairé de Grégoire Müller, peintre néo-figuratif, critique et écrivain bien connu. De son séjour en Amérique du Sud où il a effectué son service civil, Till a ramené des photos dont il a tiré des peintures contrastées dans lesquelles tous les hommes ne sont pas égaux face à la
nature. Il y a, entre autres, des vacanciers qui se la jouent sauvage et dont les transes frelatées finiront en soirée vidéos de vacances. Il y a les autres, ceux du lieu, des gens étranges que les vacanciers n'ont pas très bien compris, et il y a les énormes perroquets qui ne répéteront rien du tout. Mais Till a choisi de nous montrer autre chose à Neuchâtel. ce ne sont pas des sculptures et pourtant ce sont des sculptures... peintes! Trois sculptures - vraies cette fois-ci - en forme de nains de jardin compléteront le décor: un plombier polonais, un balayeur africain et un ouvrier portugais... Till est subversif parce qu'il démasque nos vaniteuses bassesses avec une élégante malice. Till a la grâce parce que derrière ses images se cache le sourire accueillant d'un humaniste.
LEOPOLD, le second fils, aimait le bandonéon, le mime et le dessin. Pendant huit ans il a sillonné les villes et les campagnes avec la compagnie de théâtre "Gloria Rigole". Un jour il a quitté la troupe pour peindre. Léopold devait peindre, sans délai. Il dessinera et peindra beaucoup, tout ce qu'il voyait et imaginait. En 2003 une troublante série de peinture à l'huile avec des cheveux et du vernis à ongles voyait le jour, il l'appela "EX VOTO". Aux Amis des Arts, Léopold nous montrera d'autres lapins et des écureuils
aussi, peints en buste dans de vieux cadres rustiques, comme des autoportraits parce que "tout ce qu'on peint est autoportrait" dit-il. Quant à sainte-Eulalie, il faudra regarder par le trou de la serrure pour en goûter le supplice que l'on suppose délicieux, forcément délicieux. Léopold est subversif parce qu'il nous travaille en profondeur et qu'il titille nos désirs les plus obscurs, enfantés il y a très longtemps mais qui taraudent encore nos jours si lisses d'apparence. Léopold a la grâce.
La famille RABUS est extraordinaire !
J.-M. Jaquet / août 2006
LES RABUS - La subversion et la grâce.
Alex, Renate, Till et Léopold. C'est un tir groupé que propose la Galerie des Amis des Arts. La bande des quatre Rabus y apporte en effet sa dernière moisson. Elle est foisonnante et belle comme visage endormi recouvert d'un voile de mariée délicatement brodé (ou bien est-ce de la neige?) sur lequel se penche, tel un prince charmant, un nain de jardin polonais, plombier de son état. Belle comme une rivière d'or qui coule, indolente, vers la Ville scintillante de verre et de soleils d'aluminium. Belle comme... On pense évidemment à la célèbre phrase de Lautréamont si souvent citée par les surréalistes: "beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie !" Il y a un peu de cela dans l'univers apparemment extravagant de la famille Rabus, toutefois, s'il y a du hasard, il est presque toujours objectivé, parce
qu'il répond à un besoin fondamental d'affirmer certaines valeurs comme l'écologie, l'amour de la musique, le dévoilement des mondes souterrains qui nous menacent, l'humour face au grotesque des petits hommes que nous sommes.
J.-M. Jaquet / août 2006
Imprimer cette information
Envoyer cette information à un ami
<< Retour
 France
 Suisse Romande
 Suisse Allemande & Liechtenstien
 Tessin
 Autres régions
 © 1998/2021 Accrochages Tél. + 41 (0)21 943 54 65   /   Mise à jour: 26 septembre 2021