L'actualité   //   La revue   //   Agenda des galeries   //   Agenda des musées   //   Archives 
12 décembre 2018 ABONNEZ-VOUS À LA REVUE INSCRIVEZ-VOUS AUX NEWSLETTER >> FR
<< Retour
 Information d'une galerie
  
Neuchâtel > 2068 Hauterive 
 
GALERIE 2016
Maison des Arcades
2068 Hauterive
Tél. 032 753 30 33

www.galerie2016.ch
Me-Sa de 14h-18h et le dimanche sur rendez-vous
• • •
• Jusqu'au 6 avril 2003:
Eric VIAL peintures récentes
Eric VIAL - Devant le grand Bouc - 2002 - Huile sur toile - 170 x 200 cm
"Précis, concis, vigoureux et subtil", ces quatre adjectifs écrits sur la porte de l'atelier du peintre anglais Lucian Freud synthétisent son projet plastique: Eric Vial l'a fait sien.
Ces mots pourraient tout aussi bien définir l'exigence de rigueur clinique du chirurgien œuvrant à l'aide de son scalpel sur un corps vivant. Dans le travail d'Eric Vial, cette analogie peut se comprendre au moins sur deux plans. En premier lieu parce que sa peinture est figurative dans toutes les acceptions du terme: sa source en est l'observation du réel, la figure humaine y est centrale, l'étude du visage constitue l'essentiel de ses intérêts pour l'anatomie. Le moyen d'accéder à l'homme est le même que chez le clinicien: la réalité physique.
Le visage, c'est l'identité anthropométrique, le caractère, les heurs et malheurs de l'individu dessinés sur un parchemin vivant et réactif: le peindre, c'est démêler les lignes essentielles de cette calligraphie vivante, la vérité de chacun de nous: c'est ce qui saisit devant ces portraits.
La vérité, donc, problème ancien de l'homme, de l'art, mais problème indépassable, aussi, tant que nous garderons une parcelle d'humanité en nous, avec lequel toute forme artistique doit faire ses comptes tôt ou tard.
L'autre point commun avec le médecin est cette observation froide de la réalité du corps qui ne peut s'arrêter à la surface, à l'épiderme, aux apparences et aux masques, mais doit plonger dans l'épaisseur et les plis des chairs, dans ce qu'elles ont de plus cru, mais aussi de plus vrai. On ne peut reculer devant les frémissements de la douleur ou de la laideur du patient pour être lénifiant. La vérité s'accommode mal du niaisement joli. Le bistouri ne saurait être décoratif, il se doit d'être efficace.
N. Marcone
• • •
• Du 27 avril au 25 mai 2003,
vernissage Di 27 avril 11-13h:
Camille De TAEY E
"Cinquante fois le pic et l'abîme"
dessins et lavis
Camille De Taeye est né en 1938 à Uccle, Belgique. De 1959 à 1962, il s'initie au dessin et à la peinture dans l'Atelier de Gaston Bertrand. En 1960, première exposition à Rome suivie de plus de cent autres, individuelles ou collectives, en Belgique - particulièrement à Bruxelles - mais aussi en France, Allemagne, Italie, Suisse, Espagne, Grèce, Norvège et au Japon, Brésil, Canada et Maroc.
On retiendra que son œuvre fait partie de la sélection officielle belge de 1977 à la Biennale de Sao Paulo et, première suisse, qu'il est invité sans Sonderschau Belgien à Art 14'83 Bâle. Il expose à la Galerie 2016 Hauterive en 1986, lithographies, en 1989 et 1999, peintures et dessins. L'œuvre de Camille De Taeye est exposé régulièrement et représenté par la Galerie 2016 Bruxelles.
Pra-Loup 1 - Dessin et lavis sur papier Aquari - 2002 - ø 35 cm
Imprimer cette information
Envoyer cette information à un ami
<< Retour
 France
 Suisse Romande
 Suisse Allemande & Liechtenstien
 Tessin
 Autres régions
 © 1998/2018 Accrochages Tél. + 41 (0)21 943 54 65   /   Mise à jour: 11 décembre 2018